Publié le Laisser un commentaire

Le style kinfolk en décoration d’intérieur

Le style kinfolk en décoration d'intérieur

Le style kinfolk en décoration d'intérieur

Ce mois-ci je vous présente le style déco Kinfolk. Si ce style se présente avant tout comme un art de vivre, je vais essayer de vous présenter ses principales caractéristiques décoratives et comme toujours, sa mise en œuvre chez vous. Je ne suis pas adepte, vous le savez, de la « slow déco » et des tendances aseptisées mais, cette fois ci, je me lance sur un style beaucoup plus « soft » que d’habitude. Alors, qu’est-ce que le « Kinfolk » ? Comment le mettre en œuvre chez nous facilement ? Et surtout, est-on sensible à ce mode de vie ? La déco Kinfolk s’inspire largement des styles bohème, rustique, campagne, vintage mais dans une version plus épurée et minimaliste.

Comme toujours voici une liste de mots clés auxquels se rapporter lorsque l’on investit dans des accessoires ou que l’on cherche une disposition, un agencement : bohème, scandinave, vintage, minimaliste, rustique, rétro, mix and match, slow life, convivialité, nature, végétal, design, champêtre, folk, dépouillement…

Le style Kinfolk s’inspire au départ du mode de vie amish aux Etats Unis. Naît à Portland le design d’intérieur Kinfolk souhaite un retour aux sources et à la nature, loin du mode de vie effréné de la vie urbaine actuelle, avec des intérieurs « refuges » éloignés de la société de consommation sous toutes ses formes. Mais surtout, comme un art de vivre, le courant Kinfolk met à l’honneur le plaisir du partage, des grandes tablées d’invités et de la nourriture saine et naturelle. Bref, le retour à des choses simples. Alors vous l’aurez compris, pas d’accumulation, pas de total look, on pioche dans les styles bohème, vintage, scandinave et rustique et on mixe. C’est ce mélange (soft) qui fait le succès du Kinfolk. Attention, il faudra toutefois bien faire la différence avec le style scandinave. Même si l’inspiration bois clair, tons neutres, épure et minimalisme s’impose, le Kinfolk sera moins policé, plus imparfait, inspiré du folklore rural, de la terre avec des accessoires et des matériaux patinés par le temps. Alors mixez habilement les courants bohème, scandinave, rustique et vintage ! Ce qui est intéressant ici c’est qu’il en découle des intérieurs nombreux et variés qui dépendront de nos penchants décoratifs.

Les principes de bases : espaces et volumes

Pour un intérieur Kinfolk les espaces et les volumes n’ont que peu d’importance. En effet, que l’on possède un ensemble de petites pièces ou un vaste plateau on peut mettre en œuvre cette décoration chez nous. Le seul frein, si vraiment la pièce à vivre est très exigüe c’est la grande table rustique en bois, presque indispensable ici. On pourra, dans ce cas, miser sur l’extérieur ou créer un espace mixant salon/salle à manger convivial. En revanche, pour toutes les autres pièces de la maison, les petits espaces cosy conviendront parfaitement.

Un bureau kinfolk - Influence campagne mais plus moderne

Les principes de bases : les couleurs

Les couleurs doivent rester neutres et naturelles. Ainsi, toutes les teintes de beige, les couleurs minérales et le bois blond seront à privilégier. En revanche, la grande différence avec le style scandinave c’est la présence de couleurs plus vives notamment avec les plantes vertes mais également avec quelques objets déco (vases, tapis ou tentures par exemple). Bref, optez pour une (une seule) pièce colorée (en complémentaire ou en camaïeu) pour raviver l’ensemble. Les teintes inspirées de la terracotta seront du plus bel effet mais également le bleu, le vert, le jaune et le rouge.

Des plantes vertes et un tableau coloré pour rehausser les tons neutres et naturels

Les principes de base : les matières

Les matières seront naturelles et brutes avec le bois (clair, blond, ambré et quelquefois foncé ou style wengé), le coton, la laine, le lin, les fibres tressées (cannage)… Les matières minérales (béton, tadelakt, chaux, brique, terre cuite, céramique) auront également toute leur place. Rappelez-vous, on s’inspire de la nature, de la terre, du mode de vie rustique et simple. La (fausse) fourrures et les peaux (synthétiques pour moi…) conviendront également. Enfin l’osier, le rotin et les fleurs séchées apporteront la touche bohème et naturelle qui convient. En revanche, du style vintage nous pourront apporter le plastique ou le métal policé et coloré (en simple touche).  

Bois, osier et tapis Kilim

Les principes de base : Mobilier et accessoires

En ce qui concerne le mobilier et les accessoires on a l’embarras du choix et il faudra choisir intelligemment pour assortir les styles bohème, vintage, scandinave et campagne, en gardant toutefois à l’esprit que l’accumulation n’est pas le maître mot ici. Si la grande table de bois brut est un must (j’y reviens plus bas), les meubles d’inspiration scandinave (petit buffet à pieds compas par exemple), les fauteuils et tables basses en rotin, le mobilier de designer, l’électroménager vintage conviendront parfaitement pour la tendance Kinfolk. L’accessoirisation passera par la terre cuite et la céramique, les fleurs séchées, les herbes de la pampa, les tapis Kilim (avec du bleu indigo, preuve qu’il est ancien), les tentures, les plaids… Les souvenirs de voyage (par petites touches) sont également bienvenus. Tous les accessoires rétro peuvent trouver leur place ici (miroir ancien, horloge murale, plaque de publicité…). Enfin, les plantes sont omniprésentes et toutes les compositions sont possibles (de la plante verte de nos grands-mères, en passant par les cactus et les plantes exotiques). On fait rentrer la nature dans notre intérieur.

Kinfolk et mix and match
Kinfolk et plantes vertes

Les principes de base : La lumière

Enfin, la lumière se doit d’être bien présente. Il est intéressant ici de posséder de larges ouvertures sur l’extérieur pour bénéficier au maximum de la lumière naturelle. Dans le cas contraire, on multiplie les sources de lumière artificielle avec des plafonniers vintage, des spots et, pour une lumière plus douce, des photophores et des bougies. Si on manque réellement de lumière on opte pour un sol et des murs blancs ou très clairs. 

Grande baie vitrée, plafonnier et guirlande

Kinfolk et art de vivre

Puisque le courant Kinfolk est un art de vivre, qu’il appelle à un mode de vie plus sain, de la nourriture non transformée et des grandes tablées conviviales, voici un rapide tour d’horizon des cuisines, salle à manger ainsi que des décorations de table.

Cuisine kinfolk
Cuisine kinfolk
Cuisine kinfolk
Cuisine kinfolk
Cuisne kinfolk tendance vintage

Le terme Kinfolk signifie « parents », « amis » ou « proches » ce qui signifie qu’il prône les moments de convivialité. Ainsi l’art de la table et l’art de recevoir en découle. Lorsque l’on reçoit les tablées sont décorées de manière naturelle et légère et on privilégie le DIY (détournement de bouteille en verre et boite de conserve en vases par exemple, bouquet cueillis dans les champs, branchage ramassés…). La vaisselle en céramique dans des tons neutres est plébiscitée tandis que les nappes en lin et coton recouvrent les grandes tables en bois brut.

Bref, vous l’aurez compris, le Kinfolk, c’est aussi dans l’assiette. Il faut pour cela aimer préparer des repas de ses mains, pour des convives nombreux et que l’on accueille en toute simplicité !

Une table champêtre et conviviale
Tablée accueillante pour les fêtes
Table nature
Vaisselle naturelle pour table kinfolk

Mais, comme toujours, un style déco peut envahir toutes les pièces de la maison et ne pas se cantonner aux pièces à vivre. Regardons les chambres et salles de bain du style Kinfolk.

Chambre épurée couleur terracotta
Chambre aux tons neutres reposants
Tons naturels réhaussés de terracotta et jaune
Salle de bain épurée et naturelle
Salle de bain tendance vintage
Salle de bain épurée et végétale

Voilà, cet article est terminé. J’espère que ce style déco vous aura plus ! On se retrouve le mois prochain pour un autre article. Abonnez vous à la newsletter si vous aimez et visitez mon site ! A bientôt.

Publié le Laisser un commentaire

Le style brocante et les meubles peints

Le style brocante et les meubles peints

Le style brocante en décoration d'intérieur

Avec le succès actuel des brocantes (physique ou en ligne), des vide-greniers et autres sites de seconde main, mais également la prise de conscience que la récup’ ou le DIY (même si je ne suis pas fan…) permettent d’arrêter d’acheter du neuf sans arrêt, le « style brocante », s’impose peu à peu dans nos intérieurs. Et c’est tant mieux ! Je reste persuadée qu’il faut quitter les sentiers aseptisés de la décoration aux tons neutres et du meuble à monter soi-même et en mélaminé ! Et surtout, enfin affirmer une décoration d’intérieur personnelle, chaleureuse, vivante et pratique à vivre. Ce style peut être mis en œuvre par quelques touches (si l’on souhaite rester sobre) ou en total look si notre intérieur s’y prête. Nous commencerons tout d’abord pour notre liste de mots clefs qui nous permettront de garder le fil directeur à chaque nouvelle acquisition : vintage, désuet, suranné, usé, décalé, mix and match, personnel, authentique, historique, patrimonial, dépareillé, sentimentaliste, caractère, éclectique…

Les principes de bases : espaces et volumes

Dans le style brocante tous les types d’espace et de volumes pourront convenir. Ainsi, que vous possédiez une vaste pièce de type loft ouvert ou un ensemble de petits espaces cloisonnés vous pourrez créer ce style de déco. Il suffira simplement d’adapter les dimensions des meubles et objets chinés à l’espace que vous possédez (pas de bahut gigantesque de grand-mère si notre salle à manger est minuscule, préférez les petits buffets parisiens, rejetez les meubles contre les murs si vous manquez d’espace ou bien créez un ilot central avec les canapés dans un salon immense…). Parce que, qui dit décoration d’intérieur soignée, dit « circulations », et celles-ci doivent être pensées pour éviter de se retrouver avec un intérieur impossible à vivre (ménagez 80 à 90 cm pour les passages, c’est le minimum). 

Le buffet parisien, adapté aux petits intérieurs
Un grand salon au style brocante

Les principes de bases : les couleurs

Un mot d’ordre pour les couleurs, elles doivent être surannées, vieillies et patinées. Le propre du style brocante c’est que les objets chinés doivent avoir vécu. Ainsi les couleurs trop vives et primaires devront être évitées. On choisit par exemple des couleurs rabattues ou passées pour les accessoires déco (vieilles plaques publicitaires en métal, tableaux et tapis anciens, vases en porcelaine ou verre fumé…). On peut également travailler sur des couleurs en camaïeux ou des complémentaires (répartition à 70 – 30 % ou à 80 – 20 % pour obtenir de jolis contrastes). N’oublions pas non plus les murs. Si notre décoration est chargée on privilégiera des murs neutres (blanc cassé, gris, taupe), sinon on pourra choisir un papier peint vintage, des faux soubassements bois voire quelques tentures. Les murs sont l’écrin de la déco, il ne faut pas les négliger. 

Couleurs rabattues et complémentaires - orange et bleu
Beige, noir et bordeaux
Noir, blanc, taupe et bois

Les principes de base : les matières

Dans le style brocante on doit remettre au goût du jour les matières désuètes : les vieilles dentelles, les cuirs usés et abimés, les tissus râpés, le bois franchement patiné, le rotin jauni, les peintures écaillées, les miroirs piqués, la verroterie trouble, le métal rouillé ou oxydé, la porcelaine trop lavée, les vieux papiers peints … Tout est prétexte pour mettre en scène la marque du temps. Ce que font par ailleurs très bien les brocanteurs sur les marchés aux puces. On peut s’inspirer de leurs mises en scène

Florilège de matériaux anciens
Bois, tissus, osier et métal

Les principes de base : Mobilier et accessoires

Le mobilier et les accessoires devront être choisis avec soin parce que ce sont eux qui créeront réellement l’atmosphère brocante que vous souhaitez obtenir. Les meubles anciens en bois patinés et dans leur jus seront parfaits pour stocker la vaisselle (chinée), les livres et exposer les bibelots et la déco. Il faut les choisir VRAIMENT anciens, avec du charme et de l’authenticité. Attention ici au choix du lieu d’achat : préférez les brocantes ou certains vide-greniers mais évitez le Bon Coin qui regorge de meubles rustiques des années 1970/1980 sans réel intérêt et surtout sans vraie patine. Pourquoi pas, également, chiner un meuble de designer (fauteuils et chaises tulipe par exemple). Le style brocante ne signifie par forcément très ancien, toute la décoration des années 1950 y apportent même de la modernité. Le tout est d’arriver à marier le « très ancien » et le « contemporain ancien » … On peut également chiner des canapés et fauteuil Chesterfield, du mobilier en rotin, d’anciens établis de menuisier, des meubles de métiers, des fauteuils de style, du formica (c’est kitch mais ça marche !). Et comme parfois en brocante on n’a pas la possibilité d’acheter tout le mobilier assorti, on en profite pour dépareiller ! Quant aux accessoires, il n’y a que l’embarras du choix : vieilles plaques publicitaires en métal, verroterie et porcelaine, miroirs anciens à la dorure abimée, dame jeanne, anciennes échelles en bois (qui seront détournées), accessoires d’école vintage (vieilles cartes par exemple, bureau d’écolier), tapis, balances d’épiciers d’antan … Et la liste n’est pas exhaustive.

Chaises tulipe pour une salle à manger brocante
Mobilier dépareillé pour une salle à manger/cuisine brocante
Balance d'épicier vintage pour une cuisine brocante
Ancienne carte scolaire et quilles en bois

Les principes de base : La lumière

La lumière quant à elle supportera de n’être pas trop vive ni naturelle. En effet pour accentuer l’effet « brocante » une lumière artificielle tamisée met en valeur le mobilier et les objets chinés tout en créant une ambiance un brin mystérieuse. Et cela tombe bien car dans les brocantes on trouve pléthore de luminaires rétro qui seront du plus bel effet (à suspendre, en applique, à poser…). 

Si le style brocante est particulièrement adapté aux pièces à vivre…

Salle à manger de style brocante - Matériaux et mobilier dépareillés
Chaises dépareillées pour une cuisine ou une salle à manger brocante
Accumulation vintage dans un salon au style brocante

On peut également la mettre en œuvre dans les chambres et les salles de bain. C’est le cas ci-dessous. 

Chambre au style brocante
Une chambre d'enfant brocante poétique
Une chambre d'enfant brocante poétique
Chambre de style brocante au mobilier dépareillé/accessoires vintage
Salle de bain style brocante avec meuble détrourné et baignoire en zinc
Salle de bain au style brocante

Et le mobilier peint dans tout ça ?

Comme toujours je vais finir mon article par un petit mot (rapide cette fois ci) sur le mobilier peint… ou pas ! On trouvera assez facilement en brocante du mobilier patiné pour lequel on n’aura rien à faire, à part l’exposer, le mettre en scène. Si on n’est pas franchement bricoleur et un brin manuel on choisira des meubles pour lesquels un simple coup de ponceuse et de cire pourront créer l’effet de la patine du temps. Bien entendu, si l’on a le courage et le temps on pourra mettre en œuvre des patines plus recherchées. Je vous renvoie ici à mes articles sur le style campagne (ici), le style loft (), le style romantique (c’est par là) et le style nature (c’est par ici) puisque les patines qui y sont expliquées conviennent bien au style brocante : des peintures mates, de fausses usures, des couleurs fanées, pastels ou sombres. Il faut créer ou recréer la marque du temps. Et rien n’empêche non plus de garder ce vieux mobilier  dans son jus ! Dans ce cas protégez simplement la patine avec une cire naturelle non teintée. Enfin n’oubliez pas que les accessoires déco peuvent aussi être patinés artificiellement (miroirs, chandeliers, cadres, persiennes …). 

Quelques exemples

Buffet patiné blanc
Vitrine patiné en bleu nuit
Petit meuble de SDB patiné vert clair
Buffet patiné
Jardin d'hiver dans une terrasse couverte - toit verrière
Console et miroir patinés
Noir et bois patiné

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu. Contactez moi pour des conseils mobilier et déco si vous le souhaitez. 

N’hésitez pas à liker et partager. Faites moi également part de vos commentaires et pensez à vous inscrire à la newsletter.

 

A bientôt pour un prochain article. 

Publié le Laisser un commentaire

Jardins d’hiver

Jardins d'hiver, verrières et orangeries

Le jardin d'hiver en décoration d'intérieur

Le jardin d’hiver est une pièce ou un petit espace en intérieur disposant de beaucoup de lumière où l’on installe des végétaux pour recréer un jardin. Au-delà, c’est également un lieu propice à la détente et qui permet de s’évader, transition entre l’intérieur et l’extérieur.

 

Historiquement le jardin d’hiver est une structure vitrée de type verrière qui apparaît en Europe à la veille de la Révolution française lorsque les botanistes du siècle des Lumières rapportent des espèces végétales de contrées lointaines devant être protégées du froid. En 1846 les Champs Elysées inaugurent leur premier jardin d’hiver et par la suite ces « orangeries » se développent dans toute l’Europe. 

Le jardin d'hiver des Champs Elysées en 1846

 

Chez les particuliers, ces espaces, au décorum soigné, pouvaient alors servir aux réceptions, à la détente, la lecture. Aujourd’hui, en décoration d’intérieur, ces lieux demeurent très à la mode et permettent de profiter de l’extérieur à l’intérieur, même en hiver … surtout en hiver ! Même si de somptueuses verrières peuvent être construites (je vais vous en montrer quelques exemples) on peut aisément mettre en place un jardin d’hiver chez soi, que l’on ait ou non une véranda, que l’on ait une grande maison à la campagne ou un petit appartement. Je vous explique tout cela après nos mots clés habituels.

Mots-clés : végétal, luxuriant, exubérant, chaleureux, extérieur, lumineux, cosy, cocooning, détente, convivial, relaxation, havre de paix…

Verrière et jardin d'hiver

LES VERRIERES ET VERANDAS VUES DE L'EXTERIEUR

On peut aujourd’hui faire construire des verrières pleines de charme et qui ressemblent à s’y méprendre à celles de nos aïeuls du XIX° siècle… inspiration victorienne oblige ! Ainsi l’on trouve encore des ateliers traditionnels qui façonnent les ossatures en fer forgé. C’est le cas par exemple de l’équipe de Lucien Longueville à Paris. Leurs réalisations sont justes splendides et si vous êtes d’un naturel curieux, je vous encourage à visionner leur site internet.

 

Alors voici quelques exemples qui font rêver et qui se prêtent merveilleusement bien à l’installation d’un jardin d’hiver… Les toitures peuvent être arrondies ou en clochetons avec des éléments décoratifs sur les faîtes (fleurs, épis…). Parfois quelques vitraux viennent agrémenter les baies vitrées. Ces espaces peuvent être immenses mais également bien plus modestes, sans que cela n’enlève le charme de ces vérandas si séduisantes. 

Verrière d'inspiration victorienne
Verrière carrée à double toit
Verrière en fer forgé
Verrière en façade avec baies vitrées à croisillons
Verrière d'extension avec soubassement
Petite verrière demi-lune

SERRES OU VERRIERES ?

On confond souvent les vérandas (verrières) et les serres (« orangeries ») dans le langage de tous les jours et pourtant il existe une grande différence pour nos aménagements intérieurs en décoration. Ainsi la serre est plutôt destinée à une production agricole ou horticole, elle sera donc souvent construite à part, comme une extension de la maison. La véranda, quant à elle, permet l’ouverture de la maison sur l’extérieur, et elle est communicante. Elle ouvre le salon, la salle à manger, la cuisine, ou n’importe quelle pièce sur l’extérieur sans cloisonnement.

 

Ainsi, aménager un jardin d’hiver dans une véranda ou une serre présentera quelques différences. Regardons cela en image. 

Jardin d'hiver style "orangerie"
Jardin d'hiver style "orangerie"
Jardin d'hiver style "orangerie"

Sur ces exemples le jardin d’hiver est aménagé dans une serre qui a vraiment une vocation « agricole ». Le style reste rustique (dallage, parquet, ossature bois brut), un brin rural mais au final, plein de charme. Ce qui compte c’est d’installer un coin détente au cœur des cultures. Difficile toutefois d’aménager ces « orangeries » en plein centre-ville… 

Jardin d'hiver installé dans une verrière
Jardin d'hiver installé dans une verrière
Jardin d'hiver installé dans une verrière

Ici, le style est plus confortable et l’espace à une vocation claire d’habitation (canapés, méridienne, table basse). C’est souvent le salon ou la salle à manger qui sera installé dans la verrière. Les sols sont moins rustiques et le mobilier plus soigné. 

MOBILIER, ACCESSOIRES ET PLANTES

La verrière reste un coin de détente (notamment hivernal). Ainsi il convient d’en soigner le mobilier et les accessoires pour accentuer l’aspect chaleureux et cocooning, sans toutefois oublier les plantes du jardin d’hiver !

On privilégie alors les canapés confortables, les fauteuils de style, les méridiennes et les tables basses ou d’appoint, les dessertes. On peut également multiplier les plaids, les coussins et les tapis pour renforcer l’aspect chaleureux. Les miroirs permettent enfin de renvoyer la lumière, d’agrandir davantage l’espace et de renvoyer l’image de l’extérieur et du jardin. On soigne également l’éclairage pour les soirées : lustres, lampes d’appoint, guirlandes lumineuses, photophores et bougies. Les veillées aussi peuvent se dérouler dans le jardin d’hiver. Les tons chauds apporteront de la douceur à cet espace. Enfin on évoque le jardin : caisses en bois, arrosoir, cages à oiseau transformées en lanternes.

Par ailleurs il est tout à fait possible de donner une destination à son jardin d’hiver : une bibliothèque pour en faire un coin lecture ou un piano si l’on est joueur et mélomane.

 

Nous verrons plus bas que tous les styles décoratifs peuvent convenir à un jardin d’hiver. Aussi pour tous les accessoires et le mobilier cités il convient aussi de se reporter à mes autres articles sur les différents styles en déco. 

Jardin d'hiver - Mobilier et accessoires - assises rotin et tapis persan
Jardin d'hiver - Mobilier et accessoires - Vaisselier patiné blanc et mobilier de jardin
Jardin d'hiver - Mobilier et accessoires - Fauteuils Acapulco, table basse et tapis ethnique

En ce qui concerne les plantes c’est moins le style décoratif que l’isolation de notre jardin d’hiver qui forcera le choix. Ainsi lorsque notre verrière connaît des chutes de températures mieux vaux choisir les agrumes (citronniers, orangers), les lauriers ou le lierre. Si l’on souhaite un espace exotique avec des bananiers, orchidées, fougères, ficus, cactus ou aloé vera il ne faudra pas lésiner sur le chauffage et l’isolation. Dans le cas ou les températures ne sont pas un problème l’on pourra assortir les végétaux à l’esprit décoratif du lieu et notamment multiplier les plantes à fleurs (bégonia, bougainvillée) pour un aspect bucolique ou exotique. Si l’on s’inspire du style maximaliste (lien) on peut créer un mur végétalisé pour accumuler les plantes. Il s’agira alors de varier les pots, les tailles et les végétaux. On peut enfin exposer ses aromates sur un présentoir dans de jolis pots étiquetés. 

Jardin d'hiver et plantes exotiques
Des agrumes dans le jardin d'hiver

DES STYLES DIFFERENTS

Classique, vintage, bohème ou baroque ? Tout est possible dans la véranda. Reportez vous sur le sommaire de mon blog et suivez votre inspiration (lire ici).

Vous souhaitez donner à votre jardin d’hiver un look bohème ? Dans ce cas, optez pour du mobilier en rotin (naturel ou coloré), des plaids colorés ou en (fausse) fourrure, des tapis et des poufs berbères, des bougies, des guirlandes lumineuses et pourquoi pas, un hamac.

Au contraire, si vous rêvez d’un espace classique, installez du mobilier de style (fauteuils inspirés Louis XV, armoire de famille ou chinée chez un antiquaire), choisissez des tapis persans et optez pour des canapés en cuir ou en tissu relativement imposants. Et pourquoi pas, des fauteuils club.

 

Voici quelques idées qui devraient illustrer mon propos…

Salon baroque dans une véranda
Salle à manger baroque dans une véranda
Style classique pour cet aménagement de véranda
Aménagement de véranda style campagne chic avec mobilier patiné
Aménagement de véranda style cottage
Aménagement de véranda style bohème maximaliste
Bohème et maximaliste - Clin d'oeil Halloween oblige avec citrouilles et chrysanthèmes

Et les cuisines ? Là encore tout est possible dans une véranda. Regardez…

Une grande cuisine beige et verte dans une véranda
Une magnifique cuisine beige sous un toit verrière

AMENAGER UN JARDIN D'HIVER SANS VERANDA, VERRIERE NI ORANGERIE

Si vous possédez une terrasse couverte par une toiture vitrée ou un patio vous pouvez aisément installer un jardin d’hiver (à condition de vivre sous des latitudes clémentes). Cela donne un aspect vintage avec un cachet un peu ancien, comme aux origines du jardin. Renforcez cela avec des meubles anciens et des accessoires chinés. Le mobilier de jardin (rotin traité, fer forgé) convient également à merveilles. Choisissez des plantes adaptées, des arbustes et optez pour de jolis pots (en terre émaillée par exemple). 

Jardin d'hiver avec toit verrière dans un appartement
Jardin d'hiver dans une extension à toit verrière
Jardin d'hiver dans une terrasse couverte - toit verrière
Patio terrasse - Jardin d'hiver de cactus et Euphorbes

En appartement il faut disposer d’une grande baie vitrée et d’un petit espace non utilisé. Là encore l’idée d’un mur végétalisé pour faire office de jardin d’hiver est intéressante. Et si vraiment on manque de place et de lumière, il reste la solution des petites serres (terrarium) et des jardins d’hiver sur roulettes ! Il ne reste alors qu’à travailler l’éclairage artificiel, la lumière est la clé de la réussite. Soyons créatifs !

Mur végétalisé ambiance jardin d'hiver
Un coin "jardin d'hiver" en appartement
Petit "jardin d'hiver à roulettes"
Jardin d'hiver en bocal
Un verrière miniature pour un jardin d'hiver miniature... L'esprit est le même !

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à me contacter pour un coaching déco ou des conseils sur le mobilier, les accessoires ou les harmonies colorées. 

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et à vous inscrire à la newsletter. 

A bientôt pour un prochain article.

Publié le Laisser un commentaire

Cabinets de curiosités et meubles peints

Cabinets de curiosités et meubles peints

Le cabinet de curiosités en déco

Cela fait longtemps que je souhaitais écrire sur les cabinets de curiosités, par goût sans doute mais également parce que je crois qu’en décoration d’intérieur on peut arriver à créer des ensembles vraiment originaux et très personnels. Je passerai rapidement sur l’histoire, tant d’autres ont écrit sur ce sujet que tout semble dit, pour m’intéresser aux différents styles que l’on peut mettre en œuvre et aux objets déco que l’on peut utiliser. Je terminerais bien entendu par la mise en peinture, les couleurs, les meubles et les finitions à privilégier.

PETIT HISTORIQUE

Commençons par un petit historique rapide pour bien comprendre en quoi consiste le cabinet de curiosités. Le cabinet de curiosités est l’ancêtre de nos musées et un lieu de rassemblement de collections d’objets variés caractérisés par leur rareté, leur étrangeté, leur bizarrerie et leur exotisme. A partir de la Renaissance et jusqu’à la veille de la Révolution française, les « curieux » (nobles, ecclésiastiques, puis riches commerçants, apothicaires et scientifiques) exposaient leurs « curiosités » dans des « cabinets » ou des galeries. Les curiosités ont la plupart du temps un lien avec l’Antiquité, le Moyen Age et le domaine religieux et se divisent en deux catégories : les créations de Dieu (coquillages, pierres précieuses, fossiles, coraux, animaux réels ou imaginaires, fleurs…) et les créations de l’Homme (sculptures, peintures, outils, orfèvrerie, médailles, pièces, instruments physiques, armes, antiquités comme les vases, les statuettes, les sarcophages). Ces collections de « curiosités » sont ensuite classées (sur des étagères, dans des tiroirs) par ancienneté, par familles et par ordre alphabétique dans des « cabinets » c’est-à-dire des pièces dédiées. Ces endroits deviennent des lieux de méditation, d’étude et d’émerveillement. Voilà qui nous donne déjà quelques idées d’organisation et d’objets pour créer notre petit « cabinet » perso !

DIFFERENTS STYLES – DIFFERENTES INSPIRATIONS

Ainsi, pour choisir nos « curiosités », en fonction de nos envies, différentes inspirations pourront être privilégiées ou mélangées. On pourra donc s’inspirer de la nature, des sciences, des sculptures et peintures, des outils… bref, de Dieu ou/et de l’Homme.

Curiosités naturalistes minérales
Curiosités d’apothicaire
Curiosités naturalistes marines
Curiosités entomologistes
Curiosités scientistes
Curiosités scientistes

Le but est surtout de mélanger ces différentes inspirations…

Curiosités variées

… et d’arriver à un ensemble que l’on peut aisément installer dans son salon, son entrée, son bureau sans risquer d’être taxé de « gothique », « taxidermiste fou » ou encore « sorcière » et « spirit ». En  bref, il va falloir travailler à fond la déco pour mettre en scène un cabinet harmonieux !

 

QUELQUES PRINCIPES DE BASES POUR LE CHOIX DES CURIOSITES

Les objets que nous allons exposer peuvent être d’origines variées et sont souvent déjà en notre possession. En effet, les coquillages, certains petits fossiles, les fleurs, certains insectes, les nids abandonnés peuvent aisément se trouver ; de mêmes que les souvenirs de voyages, statuettes et autres objets ethniques, certains bijoux, de vieux instruments et outils hérités, des miroirs, des boites… Dans le cas où l’on ne possède rien, les marchés aux puces ou brocantes seront nos meilleurs alliés ! On prendra garde toutefois en chinant de se rappeler : « création de Dieu » et « création de l’Homme » ce qui nous évitera de nous retrouver avec un « cabinet brocanteur, vintage, fourre tout »… donc hors sujet ! Aux Puces on pourra ainsi chiner de vieux outils, du matériel médical ancien, des affiches naturalistes, des médailles… Pour les animaux, si l’on ne supporte pas les animaux empaillés et les insectes épinglés (c’est mon cas) on peut aisément trouver dans des boutiques spécialisées des reproductions fidèles ; même chose pour les squelettes (animaux et humains).

QUEL DECOR POUR METTRE EN SCENE NOS CURIOSITES ?

Rappelons tout d’abord que les crânes, ossements, fossiles, animaux et insectes empaillés (ou faux), les trophées (faux, reproduction, bois, plastique), les outils et instruments scientifiques anciens, les globes terrestres et vieilles cartes de géographie, les petites sculptures ou statuettes, les reproductions de peintures, les souvenirs de voyage ainsi que les bijoux exotiques sont indispensables.

Quant au décor, il faut privilégier les couleurs sombres (noir dans toutes ses nuances, chaudes ou froides, le gris ardoise, le bois foncé et patiné, le bordeaux). Je reviens plus bas sur la patine des meubles. Pour stocker et exposer les curiosités on privilégie les boites et coffrets en bois, verre, laiton. Enfin on utilise des cadres (bois foncé ou couleurs sombres) à montants larges pour afficher les visuels et on place un certain nombre de curiosités sous des cloches de verre ou dans des bocaux anciens. On n’oubliera pas non plus l’éclairage tamisé qui mettra en valeur l’exposition : luminaires d’appoint, photophores, bougies… Il ne faut pas hésiter à soigner la mise en scène et le décorum autant que les objets exposés. Ainsi notre « cabinet » devient plus artistique dans notre intérieur et peut s’exposer sans retenue.

Cadres et cloches en verre – bois foncé
Cloches en verre, bois patiné et mur noir
Cabinet épuré - esprit contemporain
Cabinets en vitrines (perso, mes préférés)
Cabinet ornithologique et végétal à la Audubon

QUELS MEUBLES DOIT-ON CHINER ?

Ce sont principalement les armoires, les buffets deux corps, les vitrines et les consoles qui seront du plus bel effet. Les styles inspirés de Louis XV (ou de style provençal), Louis XVI et Louis Philippe, seront parfaits (et les moins onéreux à chiner) mais il existe de nombreuses autres possibilités, notamment des bibliothèques contemporaines. Le choix du meuble dépendra également de notre budget et de la place que l’on veut accorder à notre cabinet de curiosités. Enfin si l’on souhaite utiliser un meuble que l’on a déjà il faudra peut être envisager d’ôter les portes pour exposer. Voilà ci-dessous quelques meubles faciles à se procurer et à peindre ou patiner.

Buffet deux corps avec haut vitré style Louis Philippe
Console Louis XV
Console Louis XVI
Vitrine Louis XVI
Vitrine contemporaine bois et verre

PEUT-ON UTILISER AUTRE CHOSE QUE DES MEUBLES ?

Evidemment ! On peut utiliser par exemple de simples étagères ou détourner un certain nombre d’objets. Le plus évident est l’ancien tiroir casier des lettres d’imprimerie, Il s’accorde à merveilles avec l’organisation d’un cabinet de curiosités.

Tiroir casier de typographe détourné

Pour la mise en place d’un cabinet de curiosités tous les meubles atypiques apporteront de la personnalité. Soyez bon chineur et créatif  !

Etagère murale détournée
Etagère murale détournée

PEUT-ON UTILISER AUTRE CHOSE QUE DES MEUBLES ?

Comme je l’ai dit précédemment il faudra privilégier les couleurs foncées et les patines usées. On peut conserver le meuble (ou l’étagère) dans sa couleur d’origine, à condition que celle-ci soit foncée (pas de bois clair ici). Bref, un vieux meuble dans son jus !

Pour les peintures on opte pour le noir avec toutes les nuances possibles et on patine beaucoup. Les peintures noires avec mille nuances se trouvent facilement dans les grandes enseignes de bricolage. L’effet usé est important car il apporte de l’authenticité à nos curiosités. Les patines décrites dans le style indus (lien + lire) et dans le style shabby (lien lire) conviennent bien. On peut tout autant utiliser une finition satinée que mate (pas trop de brillant et laqué en revanche car trop clinquant). Le mariage bois peint en noir et bois foncé d’origine est également un choix judicieux (par exemple pour une bibliothèque, noire dehors et bois foncé à l’intérieur).

On peut enfin utiliser certaines couleurs comme le gris, le bordeaux, le bleu outremer ou le bleu canard ou créer des décors peints plus colorés.

Bibliothèque vitrée style Louis XV
Secrétaire bois foncé, étagère et objets déco noir mat
Ocre rouge pour cette étagère
Et évidemment si on a les moyens … le meuble de métier !
Bleu foncé et décor floral

Dans le cas d’un meuble coloré, il ne faut pas hésiter à assortir la couleur de quelques curiosités ou utiliser des camaïeux : pour un meuble bleu je rajoute quelques papillons bleus, pour un meuble rouge je rajoute du corail orangé… 

Console et étagères noires satinées
Bibliothèque noire et bois – finition usée
Bureau et étagère gris et noir patiné
Et si l’on n’a que ça sous la main… on récupère des étagères ou un meuble en mélaminé !
Bibliothèque noire et bois sur fond gris

J’espère que cet article vous aura aidé à envisager d’installer un cabinet de curiosités chez vous, à choisir les bons accessoires, le bon meuble et la bonne patine.

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et à vous inscrire à la newsletter. 

A bientôt pour un prochain article.

Publié le Laisser un commentaire

Le style maximaliste et les meubles peints

salon maximaliste dominante noire et touches de couleurs

Le style maximaliste et les meubles peints

salon maximaliste dominante noire et touches de couleurs
Le style maximaliste en déco

Ce mois-ci dans le blog j’ai décidé de vous présenter un style déco particulier, que je pratique moi-même depuis fort longtemps (mes années étudiantes ?) : le style maximaliste. Comment toujours TRES allergique au minimalisme ambiant, au « less is more » enseigné en formation déco, au style scandinave et à ses dérivés stressants (zen, Feng shui, hygge, japandi…), à l’organisation rationnelle, tirée à quatre épingles à la Marie Kondo, bref aux intérieurs sans âme, sans couleur et sans accroche-cœur (dont les photos sont filtrées à gogo), je vous présente un style déco pour les collectionneurs compulsifs et les bordéliques ! Un style vivant, mouvant et à contrecourant de ce qui s’affiche encore dans les magazines, qui ne se soucie plus des conventions, des styles et qui se veut parfaitement unique. En bref quelque chose qui oscille entre Amélie Poulain de Jeunet et les Noces funèbres de Tim Burton (avec filtres… mais pas les mêmes) ! On pioche dans toutes les tendances et on casse les codes pour créer un intérieur unique et personnalisé … où il fait bon vivre ! Alors mixez, collectionnez et accumulez pour créer un intérieur dans lequel quelques miettes de pain, un peu de poussière et une paire de chaussures abandonnées passeront inaperçues…

Tentons, pour démarrer, de dresser une liste de mots clés qui nous aideront dans notre déco maximaliste : mix and match, accumulation, couleurs, dépareillement, excentricité, contraste, sentimental, diversité, éclectisme, mise en scène, vécu, histoire, collection, cabinet de curiosités, bazar, audace, provocation, excessif, patchwork…

Comme toujours, je commencerai cet article par une présentation en images du style maximaliste puis je vous montrerai des exemples de mobilier peint pour mettre en œuvre ce style chez vous.

Un salon maximaliste en vert avec meuble de métier et tapis géométrique

Une chambre maximaliste – contraste noir et jaune moutarde
Une cuisine maximaliste en rose et vert

Dans un intérieur maximaliste les espaces et les volumes seront plutôt traditionnels. Le découpage des pièces conventionnel conviendra mieux qu’une grand espace type « plateau de loft » ou « espace ouvert » des maisons contemporaines. L’aménagement reste assez dense même si les circulations sont bien conservées. Regardez par exemple le plan de l’appartement d’Amélie Poulain… Une entrée, un salon, une cuisine, une chambre, une salle de bain : plus traditionnel, on ne peut pas ! Et l’organisation reste conventionnelle.

Plan de l’appartement d’Amélie Poulain – Jeunet

Les couleurs sont omniprésentes et savamment contrastées. On mise sur des papiers peints graphiques, végétaux et floraux ou à décors colorés voire flashy ou encore super démodés que l’on mélange avec des tissus d’ameublement imprimés. On suit par exemple les couleurs complémentaires pour éviter les faux pas (rouge et vert, rose et vert, bleu et orange, violet et orange… avec tous les camaïeux imaginables) ou bien une couleur vive prédominante (orange, jaune, vert, turquoise) et du noir. On peut également mettre en scène des camaïeux de couleurs éclatantes (rouge, vert, orange, violet…) On ose également colorer les murs et créer des contrastes ou les peindre en noir ! On évite toutefois le multicolore (trois couleurs maxi et pour les contrastes optez pour 80 et 20 % dans le cas de deux couleurs).

Papier peint à motif et camaïeu de bleu et vert
Contraste bleu et vert foncés et jaune
Contraste fuchsia et jaune moutarde sur fond noir
Commode bois ancienne, fresque murale et dallage géométrique
Mobilier sombre, sol à damier et papier peint végétal

Au niveau des matières on peut presque tout oser du moment qu’elles sont dépareillées. On évite simplement les camaïeux de matières naturelles… Ces matières doivent présenter du vécu et une certaine usure. Le bois, dans toutes ses nuances, brut ou peint, sera du plus bel effet, les tissus (naturels ou synthétiques), le sky, la céramique teintée, l’osier, peuvent être mélangés. Le plastique aura également ici toute sa place, pour les objets déco, les tabourets tam tam…

Un intérieur maximaliste dépareillé et coloré aux matières multiples

C’est sans doute au niveau du mobilier et des accessoires qu’il y a moyen de se faire VRAIMENT plaisir ! Le mobilier doit être dépareillé et alterner le bois ancien (avec des finitions anciennes d’ébénisterie ou d’antiquaire, gomme laque et cire ou vernis) et le bois peint avec des couleurs vives, franches et saturées. Ce mobilier chiné, hérité ou acheté au gré de nos envies pendant des années s’organise en un ensemble cohérent puisque les accessoires colorés viennent apporter de l’unité. On multiplie également les tapis anciens ou modernes sur nos sols (voire nos murs) ainsi que les plaids et coussins sur les canapés. Et le must c’est le mur de cadres (du sol au plafond) ou encore la tendance « cabinet de curiosités » sur lequel on expose et on met en scène nos souvenirs et nos objets déco ! Pour finir, si on a la main verte on n’hésite pas à installer des plantes un peu partout (quitte à en utiliser des artificielles… il y en a de très réussies à condition d’y mettre le prix). Alors ici, on mixe les styles anciens, contemporains et modernes, il n’y a plus de règles pour accumuler et mettre en scène notre intérieur. On peut également réunir des objets vintages chinés en brocante. Le top c’est de pouvoir les changer de place au gré de nos envies pour une déco mouvante et évolutive.

Et pour une cuisine maximaliste, le secret c’est … que l’on expose TOUT !!

Mur de cadres et canapé baroque dans un espace maximaliste
Salon maximaliste avec mur de cadres et contraste anthracite, jaune et violet
Salon maximaliste ultra coloré sur fond noir, palmier rose à plume d’autruche
Mur bleu et accessoires orange avec mobilier dépareillé
Tendance « Mix and Match » dans un salon maximaliste
Tendance cabinet de curiosités pour exposer nos souvenirs
Tendance cabinet de curiosité avec cloches en verre
Bibliothèque et bureau maximalistes en camaïeu de noir et vert de gris

Qu’en est-il maintenant de la lumière ? Si un espace maximaliste supportera un grand espace lumineux, on préfèrera des intérieurs plus sombres dans lesquels on installera de grands lustres chargés, des lampes d’appoint, des photophores et des bougies pour tamiser l’éclairage. La lumière artificielle sera ici du plus bel effet. Et les murs sombres (noir, anthracite, pourpre soutenu…) renforceront cet aspect « caverne d’Ali Baba » !

Passée cette petite présentation du (des) style(s) maximaliste(s) que peut-on mettre en œuvre sur notre mobilier peint ?

Tout d’abord on privilégie, pour le style maximaliste, des couleurs vives et saturées tandis que l’on abandonne les pastels et les couleurs trop cassées ou rabattues. Les finitions peuvent être usées : on ponce les arêtes et les points naturels d’usure, on utilise des cires teintées pour vieillir le bois… Les finitions peuvent également être vernies comme dans le style pop (lire l’article sur le style pop) ou baroque (lire l’article sur le style baroque) ou plus bariolées comme dans le style ethnique (lire l’article sur le style ethnique). L’avantage avec le style maximaliste c’est que l’on peut piocher un peu partout ! En revanche, pour éviter les faux ici on retiendra que ce sont les couleurs qui vont donner l’unité au style maximaliste et non le reste. Alors on réfléchit bien avant de sortir ses pinceaux !

Enfin on crée des contrastes colorés entre les meubles peints et les murs ou les accessoires : du rouge (rose/violet) et du vert, du bleu (marine ou turquoise) avec des rouges et des teintes orangées, du noir avec toutes les couleurs les plus saturées et chargées en pigments. Le blanc, les beiges et les gris ne seront pas utilisés ici car trop neutres voire fades. Ainsi on évitera le style shabby, le style nature, le style provençal peu adaptés et que je présente dans le blog.

Voici quelques exemples dans plusieurs pièces de la maison.

Vaisselier, table et chaises peints en violet sur un mur bleu canard
Une coiffeuse à miroir peinte en jaune moutarde en contraste avec les murs noirs
Console rouge sur mur vert, collection de vases bleus
Desserte noire et bois – meubles de cuisine bleu canard, tapis et chaise rouges
Meuble noir, porte bordeaux et murs bleu canard
Secrétaire bleu canard sur mur noir
Meuble de cuisine bleus – table et chaises bois patiné. 
Armoire parme avec fauteuil en camaïeu sur mur peint à motifs marins
Bibliothèque vermillon du sol au plafond, bureau jaune, objets déco et moquette géométrique
Bois vieilli et patiné pour la table et console bleu
Même dans la salle de bain avec cette commode baroque en vert olive et noir

En résumé le style maximaliste c’est :

-De la décoration du sol au plafond

-Le détournement d’objets

-Installer des vitrines et des étagères pour « exposer » sa déco, ses souvenirs

-Utiliser le mix and match

-Maîtriser le rangé/dérangé

-Donner une âme à un intérieur entièrement personnalisé

-Pratiquer la tendance « cluttercore » (l’art d’accumuler)

Et pour se faire plaisir, un dernier clin d’œil…

La chambre d’Amélie Poulain – Contraste rouge et vert, cadres décalés, lampes dépareillées
Publié le Laisser un commentaire

Le style bohème et les meubles peints

intérieur bohème

Le style bohème et les meubles peints

intérieur bohème
Un bar dans les Caraïbes

C’est peut-être l’été qui m’inspire, le besoin de couleurs (celles des lauriers roses et des cocktails tropicaux, celle de la mer turquoise) et l’envie de chaleur… j’ai décidé pour ce mois de juillet de vous présenter un style déco coloré, original, festif et d’inspirations très variées : le style bohème ! Mais attention, mettons-nous d’accord tout de suite, pour moi ce n’est pas une déco beige et blanche avec un petit macramé beige clair et un pot en terre beige foncé avec une herbe de la pampa beige rosé… Pour moi, ça, c’est le boho de chez Ikea, Maisons du Monde ou Marie Claire Magazine : aseptisé et sans personnalité. Cet article m’est venu en souvenir des petits bistrots fréquentés aux Grenadines, à Union notamment, dans les Keys en Floride tout autant que dans certains restaurants tchèques. Ce que je vous propose ici c’est un style inspiré des voyages (Caraïbes, Mexique, Floride) et de la vraie Bohème des Bohémiens et c’est un parti pris assumé (certains me prendront sans doute pour une hippie…) ! Il en résulte une multitude d’intérieurs colorés et plein de pep, avec deux tendances bien nettes : plutôt caribéens ou plutôt bohémiens (tendances que je mélangerai ici allègrement). Je commencerai comme toujours par les mots clés, puis les caractéristiques décoratives pour finir par les meubles peints. Les mots clés qui vont guider notre décoration d’intérieur sont les suivants : coloré, caribéen, voyage, imprimés, exotisme, exubérant, végétal, chargé, maximaliste, matières naturelles, bois peint, artisanat, tenture, roulotte, bohémien, évasion.

Dans un espace intérieur de style bohème, les espaces et les volumes peuvent supporter plusieurs types d’organisation. En effet, un grand espace ouvert peut convenir si on crée à l’intérieur différentes petites zones communicantes (un coin salon, un coin cuisine, un coin lecture…). De la même façon, plusieurs petits espaces même étriqués fonctionneront : il s’agira alors de s’inspirer d’une petite roulotte de voyage. En clair, les petits espaces atypiques et les recoins peuvent être très largement mis en valeur. En revanche, une constante à ne pas oublier, la vie se fait au plus près du sol, aussi on privilégiera les assises basses notamment pour les canapés. L’organisation de l’espace peut s’inspirer de celle de la déco ethnique que j’ai expliquée ici (mettre ici lien vers style ethnique). Le mobilier peut être rejeté contre les murs en périphérie de la pièce ou bien être central. Les couleurs sont vives et on utilise à profusion le fuchsia, le bleu turquoise, le rouge, le jaune, le orange, le vert pomme… Et ça fait du bien ! On les emploie sur le mobilier, les murs et tous les tissus d’ameublement. C’est parfois too much mais ce n’est pas grave ! La vie n’est pas en noir et blanc. On peut toutefois atténuer la profusion de couleurs avec une pièce (fauteuil, chaise) en rotin ou bois naturel. Les matières sont naturelles : bois, osier, rotin, lin, coton, coco, terre cuite, céramique mais se doivent d’être colorées. Le but n’est pas d’avoir des teintes naturelles, seulement des matières, des textures. En bref on ne recrée pas un style pop comme vu ici (mettre ici lien vers style pop). Le but recherché, comme souvent est l’authenticité. Faisons comme si… nous vivions sur une île (Les Tobago Cays? Moustique ?) et que nous devions utiliser ce que nous avons sous la main … Passons maintenant au mobilier et aux accessoires : les assises sont basses et les canapés peuvent être crées à base d’empilement de coussins de sol. Le mobilier en bois peint ou teinté sera du plus bel effet avec les couleurs citées précédemment notamment pour les tables, les chaises bistrot, les étagères, les buffets, les commodes ou les meubles en palettes. La récup’ a ici toute sa place. Les murs peuvent être habillés de tentures bariolées tandis que la profusion de plantes vertes apportera une ambiance un brin tropicale (cactus, monstera, papyrus, yucca ; les plantes de grand-mère fonctionnent aussi suspendues dans des macramés !). On multiplie les pots de fleurs colorés, les lanternes en verre teinté, les paniers, les coussins, le macramé (en couleur), les miroirs de sorcières et pourquoi pas quelques crucifix un peu kitch aux couleurs improbables. Inspiration Frida Kahlo oblige ! Et surtout on n’oublie pas de mélanger des imprimés différents (rayures, pois, motifs variés). Le style bohème est maximaliste, dépareillé et supporte d’être franchement chargé. Gardons en tête certains intérieurs de roulottes ! Et pour finir n’oublions pas de privilégier l’artisanat local rapporté de voyage (Mexique, Caraïbes) autant que la verroterie de Bohème ainsi que les tapis colorés, quitte à les faire chevaucher. Terminons cette petite présentation par la lumière. Un intérieur tel que décrit ici peut être franchement sombre ; il s’agira de mettre en œuvre un éclairage artificiel tamisé grâce à des lanternes, de petites lampes d’appoint, des lustres à pampilles, des bougies si l’on veut. En revanche, un grand espace éclairé fonctionnera aussi puisque ce style décoratif peut investir très largement l’extérieur : terrasses, balcons, cuisine d’été, auvent… Quelques accessoires sympas à utiliser ici d’abord tendance caraïbe :

Quelques accessoires pour la tendance bohémienne maintenant :

Passée cette présentation rapide, que pouvons-nous mettre en œuvre sur notre mobilier en peinture ? Quel style de meubles privilégier ? Quels meubles éviter à tout prix ? On évitera pour le style bohème décris ici les meubles « Louis » (XVI, Philippe) trop typés et/ou classiques. En revanche, les grandes tables en bois type table de ferme, les chaises bistrot, les tabourets de bar en bois, les meubles en rotin, les buffets de style parisien et tous les meubles de formes simples et carrées conviendront. Les buffets Henri II, certaines chaises et consoles Louis XV peints apporteront beaucoup de charme. On peut également associer des formes différentes (chaises ou tabourets différents par exemple). Enfin les créations en palettes fonctionneront bien. On assume la récup’ et les assemblages dépareillés. Quelles couleurs et quelles finitions employer maintenant ? Les peintures satinées et brillantes ne conviennent pas pour ce style. On cherche la marque du temps, l’usure du sel et du vent des iles et non un aspect tout neuf. Les peintures mates seront donc à privilégier (si on ne veut pas s’ennuyer, les peintures à la craie par exemple). Et si on souhaite une finition solide on choisit un vernis mat (à passer en une seule couche sinon il satine). On prend soin également de créer une patine en usant certaines zones du mobilier. C’est surtout au niveau des couleurs qu’il y a moyen de se faire plaisir ! Le fuchsia, le turquoise, le vert pomme, le jaune, le orange, le vermillon peuvent être utilisés à profusion. On peut les associer en camaïeu (jaune, orange, rouge) ou les contraster en complémentaires (turquoise et orange, vert et rouge vermillon). On peut également créer des contrastes colorés entre le mobilier et les murs ! Et ici on peut peindre le rotin ! C’est même franchement conseillé ! Enfin les lambris, poutres et encadrements de fenêtres constituent également de bons supports de peinture… Pour le rotin il y a de nombreux fauteuils possibles mais le fauteuil Emmanuelle reste un must à décliner dans toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Si l’on souhaite une tendance plus bohémienne on ajoute un motif fleuri qui rappelle davantage l’Europe de l’Est.

En ce qui concerne les meubles peints les commodes et les buffets sont vraiment des pièces phares, faciles à mettre en oeuvre. Pour la chambre les commodes rustiques simples et les tabourets détournés en support de plantes sont peints de couleurs vives et contrastent avec les murs.

J’espère que vous aurez apprécié mon style bohème particulier, chargé, empli de meubles peints, aux couleurs vives et qui oscille allègrement avec les Caraïbes et les roulottes bohémiennes ! A bientôt.

N’hésitez pas à partager et à me faire part de vos commentaires !

Publié le Laisser un commentaire

Le style cottage et les meubles peints

salon de style cottage

Le style cottage et les meubles peints

salon de style cottage
Le style cottage

Toujours en réaction aux différents styles minimalistes qui sévissent depuis plusieurs années dans les magasines j’ai opté ce mois-ci pour un style de déco un brin chargé, fleuri, coloré avec parfois des assortiments… improbables… Vous l’aurez deviné, ce sera le style cottage ! Cottage anglais, off course mais également d’outre atlantique ou cette tendance a été adoptée et transformée. 

Le style cottage, inspiré par la campagne anglaise, synonyme de charme, d’élégance et de confort est apparu au Royaume Uni dans les années 1920, parfaitement adapté à un climat humide et souvent frais ;  il est ensuite exporté aux Etats Unis dans les années 1940. Parfois perçu comme trop excentrique ou « fouillis », finalement, cette touche flashy pleine de liberty et de tartan nous fait du bien car elle est intemporelle ! Et avec ses matières nobles comme le bois ou le velours cette tendance déco affirme toute sa distinction. Attention de ne pas confondre toutefois le « style cottage » avec le « style anglais » qui mêle quant à lui la maison de campagne britannique avec la maison de ville franchement victorienne. 

 Nous débuterons cet article par notre liste de mots clés habituels qui nous permettront de garder notre ligne directrice pour ensuite nous intéresser aux caractéristiques de cette décoration so british ; pour finir nous aborderons le mobilier peint. 

Partons donc au pays de Miss Marple ! 

Mots clés : fleuri, coloré, acidulé, campagne, bucolique, authentique, convivial, douillet, matériaux nobles, bois, maximaliste, excentrique, extravaguant, chic, sophistiqué, romantique, rétro, décalé, pop, chargé, tartan, liberty… (à relire à chaque achat ou ajout dans notre intérieur !). 

Un salon style cottage

Une cuisine style cottage

Une salle à manger style cottage
Les espaces et les volumes restent traditionnels et nul besoin de grands open space avec cuisine ouverte. Le style cottage s’accommode fort bien de pièces séparées et de petits espaces bien remplis. L’aménagement est assez dense et renforce l’impression de cocon bien douillet. Le mobilier peut occuper le centre des pièces ou être rejeté le long des murs. 
 

Les couleurs sont omniprésentes et oscillent entre le flashy, l’acidulé et les tons pastels. Elles se retrouvent sur les tissus d’ameublement et aux murs et de nombreuses teintes peuvent se combiner, en camaïeux (les verts, les roses, les rouges, les bordeaux, les beiges) ou en complémentaires (rose et bleu, rouge et vert).  Ainsi les murs recouverts de Liberty, de tartan ou de motifs prince de Galles sont courants. On peut les réserver à de petits espaces ou à de petits pans de murs si on craint l’effet too much. Attention, les murs, plafonds et sols blancs peuvent également être adoptés… les couleurs des tissus n’en ressortiront que davantage !

Les matières se doivent d’être douillettes ! La laine, le coton, le lin, le velours, le tartan, les chintz seront privilégiés pour les tissus d’ameublement, les rideaux, les plaids, les tapis. Le bois (naturel ou patiné) est omniprésent tant par les meubles que les boiseries, les poutres et les lambris. Inspiration campagne oblige !

Le mobilier ne craint pas d’être dépareillé.  Les meubles, souvent lourds et imposants, peuvent être en bois foncé ou en bois clair mais doivent rester de coupe classique. Ils peuvent être patinés, en blanc par exemple pour apporter un charme désuet très délicat. Le canapé Chesterfield est un must incontournable (placé à côté de la cheminée) mais également les canapés en velours, les fauteuils à oreilles et les assises capitonnées qui donneront une allure cosy et sophistiquée. Les grandes bibliothèques sombres et chargées de livres constituent également une pièce maitresse dans le salon cottage. 

En ce qui concerne les accessoires ce sont les tissus qui sont rois !  Ils apportent de la chaleur et constituent le fil conducteur d’une déco cottage. Fleuris et inspirés des jardins anglais, en Liberty, en tartan, on les retrouve en rideaux lourds et doublés mais aussi en assises. Ces tissus peuvent éventuellement remplacer les papiers peints, tout aussi colorés et fleuris. Les coussins (là encore colorés et fleuris) peuvent être multipliés, comme les bibelots décoratifs, les lampes à poser (avec abat-jour en tissu et à pampilles), les lustres démesurés. Bref, on oscille entre le boudoir et le cabinet de curiosités, parfois inspiré de contrées lointaines (empire colonial ?). Dans la cuisine, colorée et et bucolique ce sont les vaisseliers encombrés de vaisselle en porcelaine que l’on installera. 

Enfin la lumière peut souffrir de ne pas être naturelle. En effet une atmosphère douillette s’accommode parfaitement d’un éclairage tamisé apporté par des lampes à poser, des lustres et des lampadaires. Nul besoin là encore de grandes baies vitrées, ce n’est pas forcément le style d’une maison de campagne anglaise. 

Bien entendu ce sont de grandes tendances mais elles peuvent être adaptées et le style cottage est finalement excessivement varié. 

Salle à manger cottage – pastel rose et bleu

 

Salon cottage – camaïeu de roses

Salon cottage beige et bleu

 

Salon cottage fleuri

Salon cottage TRES fleuri

Style cottage vintage
Style cottage raffiné

Cuisine style cottage

Cuisine style cottage

Salon tartan et Liberty

Et encore du tartan…

Aux Etats-Unis le style cottage a évolué : plus aéré, plus lumineux, moins chargé et largement influencé par les grandes fincas et haciendas du sud du pays ou les fermes des grandes exploitations agricoles des Grandes Plaines. Le style cottage devient alors plus monochrome, voire en tons sur tons avec une prédominance du blanc et du bois, naturel ou patiné (bois brut, blanc, beige) avec des touches de vert. Les espaces sont moins cloisonnés et plus ouverts. Et là, j’avoue que j’ai un gros faible… J’adore ce style !

Salon style cottage – Farmhouse USA
Salon style cottage – farmhouse 

Salle à manger style cottage – farmhouse

Cuisine et salon style cottage – farmhouse

Une entrée style cottage – farmhouse

Alors que pouvons nous faire avec nos meubles pour apporter une touche cottage à notre intérieur ? Les possibilités sont immenses vu la variété de ce style. Il conviendrait tout d’abord de récupérer (si on ne les possède pas déjà) des meubles qui ont du style. Finalement la période importe peu. Les styles Louis XV et Louis XVI seront parfaits (Le Louis Philippe mais en gardant le bois brut et ciré). Ces meubles, quels qu’ils soient, doivent apporter une ambiance chic et cossue. Pour les cuisines les meubles plus rustiques voire les anciens établis pourront être adaptés. 

En ce qui concerne les finitions, il faut éviter les vernis brillants et préférer les mats. La cire sera bienvenue. Au niveau des couleurs le blanc et le noir conviendront très bien mais les couleurs sont nombreuses : vert, rouge, bordeaux, rose, bleu, jaune… foncées ou pastel. Bref, les possibilités sont grandes. On pourra ainsi assortir le meuble peint au tissu Liberty ou tartan ou bien fonctionner en couleurs complémentaires. Enfin, le bois brut patiné (cire, teintes à bois) pourra tout à fait trouver sa place. Dans le style farmhouse on privilégiera le blanc, le vert et le bois naturel. Enfin on peut également marier bois peint et bois brut, sur le même meuble ou sur des meubles différents. 

Vert sauge mat en complémentaire du rouge des murs et des accessoires

Gris vert mat et légèrement patiné pour cette commode en camaïeu avec les murs et les assises 

Gris et blanc mat et patiné pour cette salle à manger 

Blanc patiné en accord avec les murs pour ce mobilier de salle à manger

Finition blanc mat très patinée et usée pour ce bahut

Gris mat usé pour cette commode 

Petite console pieds galbés patiné jaune paille en accord avec les tissus d’ameublement 

 

Commode arbalète patine beige dans la salle de bain en accord avec le papier peint

Lit patine beige et glacis en camaïeu avec le vert sauge des tissus et tapis

Turquoise et doré 
Parme mat dans la salle de bain
Noir mat et bois en contraste avec le vert des accessoires
Bois naturel et bois blanc dans cette cuisine – on dépareille !

Table basse patine vert olive en contraste avec le rose 

Patine blanche usée dans la chambre

Vert sauge dans un salon style farmhouse

Mariage bois naturel et bois patiné blanc dans une entrée – style farmhouse

Petit tour d’horizon terminé. J’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à poser vos questions et à partager l’article. 

A bientôt ! 

Publié le Laisser un commentaire

Le style provençal et les meubles peints

intérieur provençal

Le style provençal et les meubles peints

intérieur provençal
Le style provençal

Avec l’arrivée du printemps, j’ai eu envie de vous présenter un style déco ensoleillé, chaleureux et lumineux qui j’espère, vous séduira… même si la tendance actuelle est au scandinave et au minimalisme !  Le style provençal qui évoque la chaleur du sud, la garrigue, les herbes aromatiques et les pierres sèches peut aisément se décliner dans nos intérieurs, à conditions, comme souvent, que notre logement présente déjà un certain cachet (ancienneté, aspect rustique, grandes pièces, hauteur sous plafond, poutres en bois, cheminée…). Peut être est-il judicieux de le mettre en œuvre dans une maison de campagne avec terrasse et jardin… On peut aussi apporter quelques touches sans adopter forcément le « total look ». Etudions ensemble les possibilités qui s’offrent à nous avec ce style décoratif puis intéresserons nous, ensuite, au mobilier, ses caractéristiques et sa mise en peinture. Comme pour mes précédents articles sur les thèmes déco, je vous propose une liste de mots clés auxquels se reporter pour garder notre ligne directrice :  clarté, lumineux, soleil, authentique, floral, chaleur, naturel, élégant, raffiné, douceur de vivre, mas, bastide, pierres, bois massif et patiné…

Salle à manger avec vaisselier vitré – style provençal 

Salon avec portes patinées – style provençal

Chambre avec murs à la chaux – style provençal

Dans le style provençal les espaces et les volumes donnent la place de choix au salon et à la salle à manger. Petits ou vastes, ces espaces constituent le cœur de la maison pour leur coté chaleureux et convivial. Ainsi, une disposition traditionnelle de l’espace est conservée ; l’aménagement supporte d’être assez dense. Le salon et la salle à manger peuvent, ou pas, être communicants. Les hauteurs sous plafonds restent toutefois importantes. Ce style s’adapte tout particulièrement dans les maisons de campagnes à l’aspect un peu rustique. 

Les couleurs se regroupent en trois grandes catégories, même si elles ne sont pas exclusives. Les ocres peuvent se décliner du jaune safran ou rouge orangé en passant par toutes les nuances de brun rouge. Elles rappellent la terre, les épices, la chaleur. Pour choisir nos couleurs, arpentons donc les sentiers des Ocres dans le Roussillon ! Même si c’est un peu « cliché », les bleus en camaïeu nous rappellerons ici la lavande, culture phare en Provence. Le bleu lavande pour les boiseries (volets, boiseries par exemple) reste un bon choix. Les tons verts (tendres ou foncés) évoqueront ici la couleur des oliviers. Le vert sauge est également prisé. Attention toutefois à la quantité de couleurs, et assurez vous de marier ces teintes avec des murs à la chaux blancs, beiges ou taupes. Enfin, le style provençal pourra s’accorder à toutes les couleurs surannées, empreintes de douceur et d’authenticité. 

Les matières valorisent le naturel comme le bois (vieilli ou peint c’est mieux), la pierre, la céramique, l’osier, le lin et la toile. Elles doivent rappeler la nature chaude et ensoleillé du sud de la France et rester élégantes. Au sol, les tomettes, les dallages en pierres naturelles et de tailles conviendront parfaitement. Aux murs, privilégiez les enduits à la chaux ou les boiseries peintes et patinées. 

Le mobilier et les accessoires doivent être soigneusement choisis (pour garder de l’unité) et l’intérieur ne doit pas avoir l’air trop encombré… même si le style provençal n’est pas minimaliste ! Les meubles se doivent d’être traditionnels et en bois massif, souvent avec des vitrages (armoires, buffets). Les grandes tables en bois agrémenteront une cuisine chaleureuse. Attention toutefois que ce mobilier ne soit pas trop lourd (un bureau aux pieds fins et galbés peut tout à fait convenir). Les rideaux en voilage délicat, les nappes en dentelles, les plaids en matières naturelles (lin, coton), des coussins aux couleurs naturelles ou pastel seront du plus bel effet (à motifs fleuris, à rayures). On peut également opter pour des plats et vases en bois ou en céramique, des paniers décoratifs en osier remplis de fruits. Aux murs, les miroirs stylisés en bois, les cadres avec natures mortes, scènes rurales ou motifs floraux complèteront aisément notre décoration provençale. Les plantes (lavande bien entendu) et les herbes (aromatiques surtout) sont les bienvenues. Les luminaires, comme les bougeoirs, les lampes d’appoint sur pieds (bois et tissus) et les lustres en fer forgé apporteront la clarté nécessaire. 

La lumière se doit d’être abondante et naturelle pour rappeler le climat largement ensoleillé de la Provence. Les grandes fenêtres et les baies vitrées sont indispensables. 

Avant de s’intéresser à la mise en peinture de nos meubles, faisons un petit descriptif de ce qu’est le « mobilier provençal ». La Provence a une typologie de meubles bien  elle (panetière pour le pain, manjadou comme garde manger, escudelié pour les écuelles, estagné pour les faiences et les étains, verriau pour la verrerie). Les meubles provençaux étaient produits au départ à Arles puis dans la région du Gard et des Bouches du Rhône et vendus notamment à la foire de Beaucaire par les ébénistes. Ces meubles ont des caractéristiques communes comme l’emploi du style Rocaille (début période Louis XV), les formes galbées et les moulures, les pieds en escargot, l’utilisation de motifs floraux (acanthe), de rameaux d’olivier ou de laurier. Ils sont réalisés à partir de bois de qualité comme le noyer, le poirier, l’olivier ou le murier. Les ferrures sont en général richement ouvragées. Selon les périodes et les lieux, des formes variées se développent. Ainsi, le style de Fourques, plus sobre emploie les coquilles et des moulurations en corne de Bélier. Plus tard c’est le style Louis XVI plus sobre et rectiligne qui inspirera certains fustiers. 

Voici quelques exemples de meubles de tradition provençale. 

 

Commode tombeau 

Commode en arbalète

Buffet à glissant 

Buffet desserte

Verriau 

Armoire de mariage

Pétrin et panetière 

Ces meubles peuvent paraître démodés et trop sombres, mais peints ou ramenés au bois naturel, ils donneront allure et cachet à notre intérieur. 

Commode tombeau peinte – ocre et vert pastel 

Armoire à motif peint – fond à la colle de peau et motifs à l’huile – Uzès 

Regardons maintenant ensemble ce qu’il est possible de réaliser sur nos meubles pour obtenir, chez soi, le style provençal. Bien entendu, si le meuble provençal n’est pas aisé à trouver, on pourra utiliser des meubles d’inspiration Louis XVI ou des meubles de facture rustique. 

Les couleurs qui conviendront ici sont les tons de beige, blanc cassé, taupe cités plus haut pour les murs mais également le trio des ocres, des bleus et des verts. Les finitions doivent être absolument mates (pas de vernis brillant) mais également patinées et usées. Les patines à superposition de couleurs seront du plus bel effet. Le motif peint a ici toute sa place, par exemple pour souligner les motifs végétaux réalisés par les ébénistes ou pour agrémenter les panneaux d’armoires (bouquets, grotesques…). Par tradition, les meubles provençaux étaient souvent peints (influence italienne), notamment dans la ville d’Uzès (voir ci-dessus). 

Armoire de mariage – camaïeu de bleus 

Armoire de mariage – Patine blanc cassée

Armoire de mariage provençale 

Armoire de mariage provençale – inspiration pour la patine

Armoire de mariage provençale – inspiration pour la patine

Sur cet exemple deux tons sont utilisés : un blanc cassé et un bleu clair rabattu. L’armoire est d’abord peinte entièrement en beige puis du bleu est passé par dessus sauf sur les moulures. Ensuite, en ponçant ou abimant le fond on retrouve la couleur blanc cassée du dessous voire le bois. Un patine au vernis ou à la cire teintée au pigment (une ocre) permet ensuite de salir le travail. 

Desserte patinée beige, blanc et taupe en superposition

Bien plus Louis XVI que Louis XV mais provençal tout de même dans l’inspiration …

Patine dans les tons ocres  pour cette commode 

Vaisselier patiné bleu pale et ocre

Impossible de traiter de ce style déco sans avoir abordé la cuisine… Alors, vous me direz, la cuisine provençale n’a plus forcément la côte depuis que nous voulons tous des intérieurs clairs, aseptisés et minimalistes… Et pourtant, il est possible de créer de belles réalisations et relativement modernes (quoique typées). Quelques visuels d’inspiration à reproduire chez soi…

Bleu et beige
Jaune
Bleu et ocre patinée
Rouge et jaune

Alors, avant de condamner définitivement vos « chapeaux de gendarmes », investissez dans une rénovation en affirmant un style bien à vous !! 

A bientôt pour un prochain article. 

Publié le Laisser un commentaire

Le rouge pompéien en décoration et en peinture sur mobilier

Cérémonie Secrète - Villa des Mystères - Pompéi

Le rouge pompéien en décoration et en peinture sur mobilier

Cérémonie Secrète - Villa des Mystères - Pompéi
Cérémonie Secrète - Villa des Mystères - Pompéi

Ce mois-ci j’ai décidé de vous présenter une couleur que j’affectionne particulièrement, tant pour sa vibrance et sa saturation que pour son symbolisme historique : le rouge « pompéien ». Passionnée d’histoire romaine et notamment de celle de la vie quotidienne, de la domus et de l’urbs, je voudrais vous faire partager un peu de l’émerveillement que je ressens à chaque fois que j’admire l’intérieur d’une maison romaine reconstituée ou photographiée dans les catalogues des musées nationaux. Certes, il faut parfois beaucoup d’imagination tant la marque du temps et les dégradations sont importantes, mais en fermant les yeux un instant, on y parvient. Nous commencerons par un bref rappel historique pour nous pencher ensuite sur l’utilisation que nous pourrons faire, en peinture sur mobilier et en décoration, de ce fameux rouge de Pompéi et de toutes ses déclinaisons.  Parvenu à la même notoriété que le « rouge cerise », le « vert billard », le « gris fumée », le « terracotta », le « vert cèdre », je passerai ici volontairement sous silence l’action nocive du Vésuve qui pourrait avoir transformé de l’ocre jaune… en rouge cramoisi … Je préfère rêver en rouge ! Sans compter que le rouge de Pompéi incarne aujourd’hui à lui seul la peinture pariétale romaine.

 

Bref rappel historique 

Dès le milieu du XVIII° les premiers archéologues à fouiller le site de Pompéi ont été frappés par la décoration des pièces mais également par l’omniprésence d’une couleur rouge éclatante. Cette teinte a été baptisée « rouge pompéien » même si elle était utilisée ailleurs dans l’empire. Pour les Romains, le rouge est la couleur par excellence, celle de la beauté, de l’apparat et du pouvoir (l’empereur ne se teignait il pas le visage en rouge lors des Triomphes ?). Ce rouge provient du minerai de cinabre (sulfure de mercure rouge), finement broyé et que les Romains appelaient « minium ». Il était extrait en Espagne, traité à Rome et d’un coup très élevé. Broyé et mélangé à un liant il donnait des rouges orangés, des nuances cannelles et briques, des cramoisis, des pourpres (ce qui sera intéressant pour nous en déco). A Pompéi il était appliqué sur les fonds alors qu’en général de l’ocre rouge était d’usage car quinze fois moins couteuse. Cela dénote de la richesse des propriétaires des maisons pompéiennes. Les fresques de Pompéi étaient réalisées sur un mortier frais ; c’est la réaction de l’air et de la chaux éteinte du mortier qui permettait de fixer les couleurs. 

Cérémonie Secrète - Villa des Mystères - Pompéi
Fresque des mystères dionysiaques - Villa des Mystères - Pompéi
Cérémonie Secrète - Villa des Mystères - Pompéi
Jeune femme se coiffant - Villa des Mystères - Pompéi
Cérémonie Secrète - Villa des Mystères - Pompéi
Amours dans des scènes de la vie quotidienne -Villa des Vetii - Pompéi
peinture pompéi
Fresque des Augustaux - Lutte d'Hercule et Achéloos - Herculanum
villa de Poppée
Fresque du caldarium de la villa de Poppée - Oplontis
villa de Poppée
Fresque du triclinium de la villa de Poppée - Oplontis

Alors, me direz vous, c’est bien ancien tout ça ! Et comment appliquer de tels décors à nos meubles ou à notre intérieur ? Regardez les reconstitutions ci dessous : en premier le décor de la « salle à manger » de la villa de Poppée à Oplontis et ensuite celui du péristyle de la villa de Diomède à Pompéi. 

Pompéi
Reconstitution de la fresque du triclinium de la villa de Poppée - Oplontis
reconstitution villa romaine
Reconstitution du décor peint du péristyle de la villa de Diomède - Pompéi
Lorsque le décor mural est ainsi scandé (panneaux de différentes couleurs alternant blanc, rouge et doré) il apporte beaucoup de modernité. Alors comment meubler ou aménager son intérieur avec le rouge pompéien ?
Le rouge pompéien (dans toutes ses nuances, du brun à l’écarlate, en passant par les rouges orangés) est de plus en plus utilisé pour peindre les murs de la maison, en tissus d’ameublement ou comme couleur sur les meubles. La saturation si importante de cette teinte rend son utilisation toutefois délicate. Par exemple en mural on pourra alterner deux teintes : rouge et blanc, rouge et beige, rouge et marron , rouge et gris. L’ambiance sera alors différente. Un seul mur peint permet d’attirer l’attention sur un point précis de la pièce (une entrée, un angle mort, un couloir voire un coin salon). Dans la cuisine, un mur ou des éléments de décoration rouge pompéien seront modernes, mariés à du blanc, tandis que dans la salle de bain les tomettes rouge brique apporteront douceur et chaleur. En revanche, dans les chambres cette nuance sera parfois déconseillée… si l’on souhaite se reposer. 
Il faudra toujours avoir à l’esprit que c’est une couleur qui aura un impact fort dans la décoration, qui attirera l’attention avec une symbolique lourde (amour, passion) et une tendance néoclassique affirmée. 
cuisine avec damier rouge au sol
Carrelage en damiers rouges bruns- Cuisine
cuisine rouge
Le rouge en mural dans une cuisine
entrée rouge
Le rouge dans une entrée
entrée et couloir rouges
Le rouge dans un couloir
chambre rouge
Le rouge dans une chambre à coucher
salle de bain tomettes rouges
Tomettes ocre rouge dans une salle de bain
Si l’on souhaite rester plus « soft » on peut également opter pour des touches de rouge dans son intérieur. Dans ce cas on privilégie coussins, plaids, tapis, objets décoratifs (cadres, vases, bougeoirs…). 
 
Qu’en est t’il maintenant de notre mobilier ? Comment le revaloriser en rouge ? Quels pigments utiliser ? Comment intégrer ce mobilier rouge dans notre intérieur ?
 
Pour créer un joli « rouge pompéien » on peut tout d’abord utiliser le même pigment que les Romains dans l’antiquité. En effet le rouge cinabre se trouve facilement. On peut également employer le « Sinope » (aujourd’hui oublié) c’est à dire les terres et ocres rouges naturelles. Elles sont nombreuses à la vente. Ensuite, on pourra se servir des pigments « rouge Herculanum », « terre de Pouzzoles », « rouge de Vérone », « Rouge vénitien », « rouge bohème », « rouge anglais » qui nous apporteront toutes les nuances du rouge pompéien (évoquées plus haut). La liste n’est pas du tout exhaustive, ce ne sont que quelques pistes. Il faut toutefois obtenir une teinte soutenue, chaude et intense. Et une patine salie (au vernis, à la cire, à l’encaustique) sera du plus bel effet ! Le rouge supporte également très bien les finitions vernies brillantes ou laquées. 
 
Voici quelques exemples de meubles rouges (inspiration de Pinterest) que nous pouvons insérer facilement dans notre intérieur. Dans ce cas, on peut privilégier des murs blancs et des objets déco aux teintes sobres (beige, noir, blanc). Ce qui est intéressant avec cette teinte rouge si facilement déclinable, c’est qu’elle s’adapte à de nombreux styles de déco (baroque, campagne, classique, ethnique…). Il suffit d’accentuer l’ocre rouge pour amener à un style campagne ou appuyer le rouge profond (tendance « bigarreau ») pour donner un style baroque ou classique. 
meuble rouge
Console bombée - rouge vieilli mat
commode rouge
Commode baroque - rouge laqué
commode rouge laquée
Petit meuble d'appoint à tiroir - rouge soutenu brillant
buffet rouge à tiroirs
Meuble de métier - rouge soutenu brillant
buffet deux corps rouge
Buffet vaisselier deux corps - rouge brun mat
buffet deux corps rouge
Buffet deux corps rouge et cire teintée noire
buffet ocre rouge
Meuble d'appoint à tiroir - ocre rouge - effet usé
Voilà pour ce petit tour d’horizon (sans prétention) du « rouge pompéien » et de ses utilisations en décoration et en peinture sur mobilier. N’hésitez pas à me solliciter si vous souhaitez plus de précisions. 
 
Et n’oubliez pas, peut être qu’en fait il s’agissait d’ocre jaune…
 
A bientôt dans un prochain article. 
 
Publié le Laisser un commentaire

JACQUES EMILE RUHLMANN – DÉCORATEUR ET ENSEMBLIER ARTS DÉCO

croquis Ruhlmann

Jacques Emile Ruhlmann et les Arts Déco

Jacques Emile Ruhlmann (1879-1933) – Décorateur et ensemblier 

Hôtel du Collectionneur – Pavillon Ruhlmann – Boudoir

Une fois n’est pas coutume, je laisse de côté ce mois-ci les meubles peints et la décoration d’intérieur, pour vous présenter un décorateur et ensemblier que j’affectionne particulièrement, pour son style art déco et ses créations de mobilier : Jacques Emile Ruhlmann. J’espère que vous serez séduits, comme moi, par son travail (très complet) et que vous ne regretterez pas les meubles peints. Vous retrouverez tous mes anciens articles sur le site. Comme pour mes précédents posts, je vous livre quelques mots clés si vous souhaitez, chez vous, vous inspirer de l’univers de ce designer encore tellement moderne et avant-gardiste : luxe, raffinement, rêve, art-déco, doré, contrastes, clair obscur, obscurité. En cadeau, en fin d’article, une planche déco qui vous montrera comment adapter (très modestement et avec des enseignes connues) le style Art Déco chez vous !

Jacques Emile Ruhlmann, c’est parti !

SON PARCOURS :

Jacques Emile Ruhlmann est issu d’une famille de peintres industriels en bâtiment ; il est très tôt influencé par l’Art décoratif et après son service militaire il commence à dessiner ses propres meubles largement inspirés du XVIII° siècle. Il réalise un apprentissage chez un décorateur peintre, rencontre de nombreux architectes et prend goût au dessin. En 1907 il prend la direction de la société familiale et en 1919 il fonde la Société Ruhlmann et Laurent. Largement autodidacte, Ruhlmann devient peu à peu un acteur majeur du style Art Déco des années 1920-1930. 

 

Hôtel du collectionneur – Pavillon Ruhlmann – 1925

SON APPROCHE : 

Pour Ruhlmann, la fabrication des meubles modernes doit être inspirée des œuvres du XVIII° siècle. Ses meubles aux formes modernes , épurées et élégantes, sont fabriqués par des artisans du Faubourg Saint Antoine. Si ses lignes sont sobres, ses matériaux sont en revanche luxueux (palissandre, acajou, amarante, ébène mais aussi nacre, peau de crocodile pour la marqueterie…). Ainsi il cherche en permanence le raffinement, ses finitions se veulent toujours impeccables et il séduit grâce à cela une clientèle aisée de banquiers, couturiers, industriels, écrivains et comédiens à la mode. 

Il est également influencé dans la conception de ses meubles par Joseph Hoffman, membre de la Sécession viennoise (retour à la ligne et à la clarté, utilisation de grandes surfaces lisses, lignes profilées et élancées). Il ne cherche pas seulement la fonctionnalité mais aussi la création d’un style. Il veut faire renaître la grande tradition française de création de style. Sa décoration d’intérieur constitue un écrin pour son mobilier (et ça, pour moi, c’est une merveilleuse inspiration qui guide mon métier !).

Le pavillon du collectionneur – Décoration d’intérieur et mobilier par Ruhlmann

Ruhlmann – Carnet de dessin 

Ruhlmann – Carnet de dessin

SON INFLUENCE 
Il sera très influent vis-à-vis des critiques et des médias et son audience lui permettra de connaître le succès. Son esthétique moderne et les formes élancées de ses meubles influencent fortement la décoration et le design d’intérieur. Il incarne l’Art Déco à la française des années 1920-1930

Il acquiert une célébrité internationale lors de la réalisation du pavillon « L’Hôtel du Collectionneur » à l’Exposition des Arts Décoratifs et Industriels de Paris en 1925. Ce qui fait alors son succès : sa décoration d’intérieur spectaculaire aux formes nouvelles qui met en valeur des meubles luxueux. Il revisite et modernise les décors classiques, il joue sur les contrastes entre les matières et les harmonies de couleurs. Il utilise les tons gris et argent, noir et or et parfois des couleurs plus chaudes (tonalités de terres naturelles) comme pour la Décoration du palais Laprade à l’exposition coloniale de 1931. 

Il remet à la mode des matériaux comme la peau de serpent (et la couleur verte), le galuchat, la nacre et l’ivoire. Il participe au Salon des Artistes Décorateurs de 1911 à 1933 (où il expose ses papiers peints), au Salon d’Automne de 1913 à 1932 (où il expose une salle à manger, des tissus, des papiers peints) et à de nombreuses expositions internationales. Il devient ainsi un designer à succès

Voici quelques unes de ses plus célèbres réalisations. Enjoy !

Le Pavillon Ruhlmann ou « Hôtel du Collectionneur » décoré et aménagé pour l’exposition des Arts Décoratifs de 1925 compte parmi ses plus beaux ensembles. Il réalise ici une œuvre d’art totale en mêlant architecture, décor intérieur, mobilier, sculpture, peinture et objets d’art.  

Grand Salon – croquis de Ruhlmann

 

Grand Salon 

 

Boudoir – Croquis du Ruhlmann

Boudoir 

 

Salle à manger – Croquis de Ruhlmann 

Salle à manger

Entre 1927 et 1929 Ruhlmann, reçoit de prestigieuses commandes privées et s’occupe par exemple du design intérieur du Paquebot Ile de France mais également de la Chambre de Commerce de Paris

Salon de thé – Première classe – Paquebot Ile de France 

Fauteuils du salon de thé – Paquebot Ile de France – Frêne, bronze doré et velours

Salon de thé – Première classe – Paquebot Ile de France 

Vase éclairant – Céramique de Sèvres 

En 1931, Ruhlmann décore le salon ovale Paul Reynaud au Palais Laprade (palais de la Porte Dorée) pour l’exposition universelle et coloniale. Il utilise alors des matériaux précieux et exotiques pour apporter du prestige au lieu et mettre en valeur les produits rapportés des colonies. 

Salon ovale avec ses fauteuils « Eléphants » en maroquin brun et ébène

Bureau en ébène de macassar, galuchat et ivoire

Ses croquis d’intérieur, riches et colorés nous permettent se saisir son style luxueux, avant-gardiste aux lignes sobres. 

Ruhlmann – Croquis salle à manger

 

Ruhlmann – Croquis Hall de librairie

Ruhlmann – Croquis Boudoir de librairie

Ruhlmann – Croquis Chambre à coucher

Ruhlmann – Croquis Chambre à coucher

Ruhlmann – Croquis, détail, Niche

Ruhlmann – Croquis, détail Boudoir

Enfin, quelques meubles phares sortis de son atelier d’ébénisterie Ruhlmann et Laurent. Le « Meuble au char » est sans doute le plus célèbre avec ses lignes épurées, ses matériaux précieux et son motif tout droit inspiré de l’art crétois. 

La Desserte dite « Meuble au char »- bois d’amarante, ébène d’Indonésie, marqueterie en ivoire

Croquis annoté, motif de la femme au char – Ruhlmann

Ce meuble imposant (109 x 225 cm) a été réalisé par Ruhlmann pour sa propre salle à manger puis décliné en 6 exemplaires. Il est composé d’ébène de macassar, d’ivoire et d’amarante. Le pied fuseau est la marque de fabrique de Ruhlmann, crée en 1913. Décentré ici pour apporter de la légèreté. 

Chiffonnier Cabanel – Chêne, ébène et ivoire

 

Cabinet « vide poche »

Meuble triplan

Voilà pour ce petit tour d’horizon d’un designer, ensemblier et artiste complet. J’espère que vous aurez été sensible à son style si moderne mais également à cette période si flamboyante et bien éloignée de nos décorations d’intérieur aseptisées et sans personnalité… 

Comme promis en introduction, une petite planche tendance pour trouver l’inspiration et faire entrer les arts déco chez soi. Un gros faible pour le vert et le doré pour moi ! 

A bientôt dans un prochain article !